Ciné-Rencontre


Conférence en images de Samuel Zimmermann le 8 décembre à 18 H au Foyer Rural

Affiche Conférence Samuel ::12

Samuel abordera la méthode de culture en général (sans travail du sol, sans traitement, les associations végétales, comment favoriser la biodiversité etc…). Et après le débat, on partagera le repas « tiré du panier ».

Nous sommes allés plusieurs fois visiter le jardin de Samuel et Nathalie . Ils font un jardin en permaculture en bio intensif Allez voir en cliquant sur    Dans un jardin d’ici

Publicités
Publié dans ciné-rencontre, Visite de jardins | Laisser un commentaire

A l’occasion du 140 ème anniversaire de la randonnée de Stevenson

Jacophonie chante à Cassagnas mardi 2 octobre

Quelques photos prises par Jean-Paul lors de la répétition!DSC03929

 

 

Publié dans Chorale | Laisser un commentaire

STAGE THEATRE enfants du 22 au 26 octobre 2018

Une fois de plus, nous avons accueillons Cyril et Mikael pour animer un stage aux vacances d’octobre pour onze enfants de  7 à 13 ans. Ils ont réalisé en n peu plus de 4 jours un spectacle sur le thème « riche et pauvre »

Capture d_écran 2018-11-09 à 21.21.33

Capture d_écran 2018-09-18 à 13.09.12

Capture d_écran 2018-09-18 à 13.08.44

 

 

Publié dans Non classé, Pour les enfants, Stages Théâtre & Cinéma | Laisser un commentaire

GARDAREM !

Capture d_écran 2018-07-22 à 10.54.47

La lutte du Larzac, ça parle aux personnes installées dans les Cévennes dans les années 70/80 et ça parle aussi (et tant mieux) aux jeunes d’une trentaine d’années qui interprètent le spectacle musical créé par Brunelle Lemonnier….  

On était bien 80 ce soir là pour assister au spectacle enlevé, intense, magnifiquement interprété et merveilleusement conçu!

Les bénévoles des 3 assocs ont largement participé en préparant  un bon et beau buffet! L’aide des participants du chantier international de l’Espinas a été précieuse pour installer et ranger!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Jacophonie chante dans le temple de St Privat de Vallongue

Capture d_écran 2018-07-22 à 10.50.34

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Jacophonie chante dans le jardin de Roger

C’était un beau jour pour la finale de F, euh pour notre chorale accueillie dans ce jardin prolifique et plein de poésie chez Roger Largrave, 95 ans, en pleine forme physique et intellectuelle. Après le concert, il nous a fait découvrir le parcours ponctué d’illustrations de ses livres sur des grands panneaux. La soirée s’est terminée chez lui, joyeusement,  autour d’un repas préparé par les amis du Sistre

Capture d_écran 2018-07-22 à 09.40.06

chez Roger3

 

Publié dans Chorale, Visite de jardins | Laisser un commentaire

Visite du jardin de Noémie

 

Le 11 juillet 2018

Aujourd’hui, nous sommes un groupe d’une dizaine de personnes venus par des petites routes chaotiques terminées par une piste en surplomb de ravins, écouter surtout, voir et sentir ce petit coin de paradis sur terre.

Cela faisait 10 ans que je n’étais pas revenue dans le jardin de Noémie…J’avais réalisé un court métrage sur son jardin filmé tout au long de l’année dans « Télécévennes ».

L’énergie de Noémie est toujours aussi impressionnante. Elle nous donne des multitudes d’informations précieuses.

En introduction, Noémie nous parle de la communication des arbres entre eux, l’interaction et la sensibilité des plantes en nous questionnant : «  Que sait on de la réaction d’une plante lorsqu’on arrache une adventice ? ».Elle a choisi un mode de culture respectueux de la nature, où le sol n’est pas à nu, où n’ arrache pas « les herbes prétendues mauvaises », où on nourrit le sol avec la matière produite par les déchets du jardin et par ses propres animaux (80% animal, 20% végétal), où on le protège, où on produit ses semences…Elle souligne l’importance des micro-organismes qui décomposent la matière organique.

Noémie cultive maintenant dans 3 lieux différents. Elle a maintenant 2 hectares de pré et 4000 m2 de jardin à Loubreyrou. Avec ses 2 chevaux (jument Haflinger et un jeune poulain croisé Haflinger Comtois) elle travaille le sol du jardin.

Ce jardin des Crozes, en terrasses est réservé à la production familiale et à la semence. Il est entouré d’arbres fruitiers qui jouent un rôle important pour les échanges racinaires et fournit une ombre nécessaire par grandes chaleurs. Elle plante des pommes de terre ou des courges au pied des arbres, ces dernières pourront grimper dans l’arbre.

Nous remarquons que la consoude est très présente. Noémie l’utilise beaucoup en paillage et pour dynamiser le compost : la consoude a une grande capacité à fixer l’azote, le phosphore et le potassium. Les raies de légumes sont paillées avec de la paille d’orge.

 

Elle alterne semis et plantations chaque année, les tomates tous les 2 ans. Au printemps elle sème un engrais vert (féverolle entre autres) qu’elle foulera ou coupera à 10 cm, au stade où la plante est au maximum nutritive pour le sol. Elle précise qu’il faut éviter qu’elle monte en graine pour ne pas perdre de sa valeur nutritive pour enrichir le 2èmesemis.

Dans le jardin, on observe des buttes en production (poireaux, oignons, choux, carottes etc…) et des buttes en construction : Elle fait une première couche avec du fumier qu’elle arrose, puis une deuxième couche avec les végétaux coupés puis une troisième couche avec de la paille qu’elle arrose aussi.

On tâte la terre meuble d’une butte récente : agréable au toucher, riches en 3 sortes de vers qui décomposent depuis les profondeurs et la digèrent jusqu’en surface. Les salades s’y plaisent  à merveille !

IMG_20180711_114956

 

Elle a 2 serres sur lesquelles elle a mis des filets de châtaigne bien moins chers que les voiles d’ombrage et très efficaces.  Nous les visitons et sommes impressionnées par la beauté des plants d’aubergines et de tomates…

Visite aussi du verger d’ arbres fruitiers et aussi de la remise des outils anciens qu’elle utilise pour le travail avec les chevaux : une sarcleuse réglable en profondeur et en largeur; une bineuse canadienne qui vibre et casse la motte qui appartenait à l’arrière  grand père  de Noémie et une charrue.

Pour finir je cite l’anecdote du grand père quand il a vu un tracteur pour la première fois : « Très bien mais….il ne fait pas caca, lui ! ». Le cycle du travail de la terre allait connaître un grand bouleversement !

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Visite du jardin de Christophe au Fresquet

Christophe nous parle de sa façon de jardiner au plus près et en respectant le monde végétal. Il ne cherche pas à « faire propre » car paradoxalement  « nettoyer » consiste à détruire les végétaux mais il dit « dégager » quand il s’agit de faire un sentier par exemple. Le monde végétal est autotrophe , c’est à dire qu’il peut fabriquer par lui même les molécules dont il a besoin à partir des minéraux  grâce à la photosynthèse par opposition au monde animal dont nous faisons partie (hétérotrophe). Nous sommes donc dépendants du monde végétal.

C’est la forêt qui fait le sol. Ce sol qu' »on » se charge de détruire sur cette terre alors qu’au contraire dans ce jardin, il n’est question que de le nourrir…Nous échangeons sur le sujet puis Christophe nous fait visiter ses 10 terrasses étagées.  Sur un bon nombre il a décidé de faire pousser des arbres fruitiers. Pour les obtenir il sème des graines (l’arbre sera d’autant plus fort qu’il pourra développer son  pivot racinaire alors que lorsqu’il pousse dans un pot la racine tourne en rond), il met du broyât dessus et autour. Cela favorise les micro organismes et les champignons; puis il sème un mélange de graminées(blé, épeautre, seigle) et des légumineuses (féveroles), crucifères et sarrasin qui enrichissent le sol et protègent les fruitiers.  

Il sème des légumes sur des buttes paillées sans tenir compte des associations de légumes. Ici les oignons côtoient les tomates ou patates sans problème. Chaque légume trouve sa place dans la diversité. En permaculture, il y a un étagement végétal : c’est l’arbre qui fixe l’azote, apporte l’ombre; des échanges racinaires entre différentes plantes enrichissent le sol. Les végétaux indésirables sont coupés à la serpette et déposés sur place pour enrichir le sol, ils ne sont pas arrachés de façon à laisser leurs racines dans le sol où elles se décomposeront. Pour finir il nous fait une démonstration de son hachoir à végétaux…

 

Publié dans Sorties Nature, Visite de jardins | Laisser un commentaire

Sentiers en lien sur St-Hilaire le 8 avril

Nous sommes venus découvrir le P.R réouvert par un petit groupe d’ habitants de St Hilaire, invités par L’Esperluette. Catherine Fontana nous précise  qu’ils y travaillent depuis 2 ans et que l’idée est bien  de réouvrir d’anciens sentiers permettant de relier les 2 vallées de St Hilaire

IMG_20180408_111114

  Nous faisons une boucle au départ de L’Elze en descendant dans une forêt aux essences variées (chênes blancs, saules, aulnes et pruneliers en fleurs). Nous rejoignons la vallée de la Canonge au niveau de la Tessonnière, suivons la route et remontons après le moulin de Malacombe dans de belles terrasses habitées de chênes verts, puis empruntons une belle piste dans les châtaigniers avec des beaux points de vue…Après 3 heures de marche, nous partageons nos pique-niques  chez Catherine

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sortie botanique et dessin du 5 avril

Noelle nous parle de l’histoire de l’apparition des plantes.

Dans l’évolution, il y a d’abord les algues qui vivent dans l’eau,  puis viennent les mousses qui utilisent un stratagème pour retenir l’eau . Viennent ensuite les fougères possédant un appareil vasculaire.

Le ginko est un arbre des plus anciens. Il fabrique des ovules qui ne pourront être fécondés que dans l’eau à condition d’y croiser un gamète mâle.

Puis apparaissent  des arbres aux ovules nus (dont les fleurs dans des cônes sont fécondées par le pollen dispersé grâce au vent)…exemple : le pin

Puis apparaissent les angiospermes : ce sont les plantes avec des ovules protégés dans l’ovaire. Aujourd’hui, 80% des espèces sont des espèces à fleur. Il y’a beaucoup de modes de reproduction. Parfois très complexe, à l’instar du figuier dont les fleurs sont protégées dans la figue et fécondées par un insecte : le blastophaga

Après ce petit topo,  on va faire un petit tour dehors entre deux averses. A nos pieds, des pissenlits très différents et pourtant ce sont tous des pissenlits. On les reconnaît grâce au bouton floral au coeur de la rosette.

 

Ficaire

Primevère officinale..coucou pour les intimes

     Monnaie du pape                                               Alliaire

2 plantes de la famille des brassicacées. Elles sont très semblables au stade rosette ..  

La pervenche

Elle est de la même famille que le laurier rose (Apocynaceae), ce sont des plantes médicinales toxiques.

DSCN8547DSCN8548

 

Publié dans Activités régulières, Botanique et dessin